La société 8 Angela Behelle

 Sortie le 15 mars 2017

Résumé de l'éditeur : chez J'ai Lu

Au sein de la Société, les compétences des adhérents peuvent être mises à contribution à tout moment. En vertu de ce principe, Alexis Duivel se permet de solliciter Frédérique Roche, kiné aux doigts de fée et accessoirement élément actif de l’organisation clandestine.

La mission de la demoiselle, si elle l’accepte : remettre un jeune accidenté de la route sur pied. Et pour faire fondre ses réticences, le vice-président a prévu d’user d’arguments très persuasifs, qui auront tôt fait d’expédier la jeune femme en Provence, au chevet d’un homme énigmatique pouvant lui réserver bien des surprises…

Mon avis : 

Le problème avec les romans de La Société c'est qu'une fois que vous mettez le nez dedans, impossible de les lâcher avant de tourner la dernière page. Ils ont ce côté addictif qui vous empêche d'arrêter votre lecture. Ce tome 8 ne fait pas exception à la règle, bien au contraire. Lorsqu'on confronte Stéphane, beau comme un Dieu, cloué à une chaise roulante, sans aucune volonté d'en sortir et Frédérique, kiné têtue et fougueuse, rien de tel pour obtenir un duo explosif !! On assistera donc pour notre plus grand plaisir à des joutes verbales dignes de véritables duels et ne comptez pas sur Frédérique pour s'apitoyer sur le sort de son patient et lui laisser le dernier mot !! C'est totalement divin. 

Alexis Duivel fait appel aux talents de kiné de Frédérique afin qu’elle remettre sur pied son ami Stéphane, qu'il considère comme son frère. Pour cela il n'hésite pas à mettre, comme il en a l'habitude, les moyens de pression qu'il faut pour la convaincre de mener à bien cette mission. Mais il faudra à cette charmante jeune femme bien plus que ses aptitudes professionnelles pour convaincre Stéphane de faire le premier pas pour sortir de son fauteuil et de sa routine. 

On démarre le roman avec une scène particulièrement osée qui se déroule à l'Ecarlate, ce club très sélect dont seuls les membres de La Société possèdent le droit d’accès. Cela ne donnera toutefois pas le ton du roman qui sera un tome relativement sage, s'agissant du tome 8 et donc chiffre pair de la série (les chiffres impairs étant depuis le début un peu plus sulfureux que les pairs). Entendons-nous bien, cette lecture n’a rien de chaste : on y retrouve de superbes scènes érotiques, un peu de BDSM soft et même une scène particulièrement tendre entre deux hommes, une première en ce qui concerne cette série !

Plus portée à satisfaire ses besoins sexuels avec des aventures d'un soir, Fred ne voit d'abord pas d'un très bon œil d'être coincée au fin fond de la campagne avec un homme superbe mais qui n'a apparemment pas la possibilité de satisfaire son appétit sexuel. Leur liaison va donc prendre le temps de s’installer : nous sommes en Provence, dans une belle propriété avec une piscine, il fait beau et nos deux héros vont apprendre à s’apprécier. Comme tous deux ont un objectif bien précis (que vous découvrirez en temps voulu), ils vont assez rapidement parvenir à un accord. Malgré cette complicité et cette attraction qu'ils ne peuvent ignorer, Stéphane s'évertue à mettre son handicap entre eux et empêche leur relation d’aller plus loin. C'est sans compter sur la ténacité de Frédérique.

C'est très émouvant d'être le témoin de ces échanges, alternant entre douceur et passion. Frédérique met toute sa volonté et sa force de caractère pour tenter de redonner à Stéphane le goût de vivre, de pouvoir marcher et surtout de pouvoir aimer. Nos héros ne nient à aucun moment leur attirance malgré leurs différences et leurs idées préconçues et ça fait du bien de voir la confiance qu'ils ont l'un envers l'autre. 

Le rythme très doux de la narration et la complicité grandissante du couple créent une ambiance rassurante qui nous enveloppe. Et soudain... BOUM !!!! On apprend certaines choses qui risquent de compromettre l'avenir de La Société et de ses dirigeants. Mais surtout Alexis Duivel va une nouvelle fois faire des révélations aussi surprenantes qu'inattendues et qui m'ont laissée excessivement... agacée et là je pèse mes mots.  L'histoire entre ces deux personnages était tellement parfaite que je crois que j'ai été aussi surprise, frustrée et enragée que l'héroïne du roman. 

Bien joué Angela ;) et merci pour cette lecture en avant-première. 

Ce roman existe dans une version illustrée qui était éditée chez La Bourdonnaye. Il en existe peut être encore quelques exemplaires... 

1505402_768766049826839_6593661786693727685_n

  (copyright LaBourdonnaye)

ci-dessus une des illustrations du roman dans sa première version chez La Bourdonnaye. Vous pouvez en voir d'autres sur le site de l'auteure : ICI