Le manuscrit proscrit de Nur Jahan

Sortie le 19 mars 2015

Résumé de l'éditeur : chez J'ai Lu :

« Dorsetshire, 25 octobre 1836,
Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d'un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m'a abandonnée. Que le Ciel m'en soit témoin, ce n'est point le cas.
C'est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d'une terrible tempête était sur le point de s'abattre sur notre vaisseau... »

L'avis de Izabulle:

Cela faisait un petit moment que j'avais cessé de lire des romances historiques ayant du mal à créer un lien avec ces personnages lointains. Toutefois, j'ai tenté l'aventure avec Le manuscrit proscrit de Nur Jahan, qui m'a attiré avec sa couverture magnifique et les avis positifs de la blogosphère.

Parler d'aventure serait encore un euphémisme. Je suis entrée avec ce livre dans un conte des milles et une nuits, peuplé de maharajahs, senteurs florales, épices, éléphants et tigres du Bengale. Il s'agit d'une épopée merveilleuse à travers l'Inde du temps de la colonisation anglaise, mêlant amour, exotisme, légendes indiennes et esprits de la réincarnation.

Ce livre pour être apprécié nécessite qu'on lui consacre du temps, toute son attention. Il m'a aidé particulièrement à me détendre et à faire un effort d'introspection pour essayer, comme notre héroïne, de ressentir les senteurs florales, la moiteur de l'air, la brulûre du soleil...

Tout comme notre héroïne, je ne savais pas où voulait nous emmener l'auteur, le puzzle se formant au fur et à mesure, mais tout en nous cachant les pièces maitresses. C'est habilement orchestré, sans que je me sois rendue compte de quoi que ce soit, alors que je pensais détenir le fin de mot de l'histoire... et bien non !

Je trouve que ce roman est une parfaite lecture d'été, avec lequel on peut se prélasser sur la plage, en imaginant le soleil indien ou même à la campagne dans de grandes étendues vertes comme dans la jungle du radjapur !!!