Piégés

Sortie VF le 16 novembre 2016

Résumé de l'éditeur : chez Pygmalion (384 pages)

« Aaron contemplait la silhouette frêle de Mlle Fischer. Bien qu’il fût ivre lors de leur dernière rencontre […], il se souvenait parfaitement de ses traits. Il n’avait pas vraiment pensé à elle depuis cette fameuse nuit. […] Indépendamment du fait qu’elle était aveugle, Abigail Fisher faisait partie de la catégorie des femmes qu’il n’approchait jamais. Des ingénues aux courbes trop graciles, sans aucune expérience, affligées des défauts inhérents à leur jeunesse et s’effarouchant pour un rien. Non, vraiment, il n’avait eu aucune raison de penser à cette jeune femme. »

Londres, en 1853. Aaron Wendell, riche héritier et libertin, rencontre Abigail Fischer, une jeune fille aveugle issue d'un milieu modeste. Quand Aaron sauve Abigail de la noyade, les apparences l'obligent à l'épouser afin d'éviter le scandale. 

Mon avis : 

Aaron Wendell, libertin notoire, sauve Abigaïl de la noyade en lui faisant du bouche à bouche, ce qui est mal interprété par ceux qui assistent à la fin de la scène. Il décide alors d'épouser la jeune fille, comme il se doit dans ce genre de situation compromettante, afin de lui éviter le scandale. 

Abigaîl est la fille du docteur Fisher, dont la bonne renommée n'est plus à faire. Malgré son handicap, elle l'accompagne dans ses visites auprès des malades. Abby est aveugle depuis ses treize ans, à cause d'un accident où sa mère a également perdu la vie. Elle avait fait une croix sur le mariage, sa cécité ne lui permettant pas de faire ce genre de projets.

Mais de façon inattendue, Aaron demande sa main à son père pour sauver l'honneur d'Abigaïl. Elle sait qu'il n'a rien à se reprocher si ce n'est qu'il lui a sauvé la vie et elle ne veut surtout pas devenir un fardeau pour cet homme dont la réputation de coureur n'est plus à faire. Elle refuse de se lier à un homme qui attend d'une femme plus qu'elle ne pourra jamais lui donner. Car Aaron a toujours préféré les femmes avec de l'éxpérience et se retrouver d'un coup avec une jeune fille innocente, dont la mère n'est même plus là pour lui expliquer à quoi s'attendre lors de la nuit de noces, ce n'est pas comme ça qu'il envisageait son avenir. Mais Abigaïl lui plait... beaucoup et il compte bien profiter de sa jeune et jolie épouse.  

Comme vous le savez (ou pas) je ne suis pas une grande friande de romance historique même si j'ai tout de même lu les indispensables et incontournables (La Ronde des Saisons, La chronique des Bridgerton, Les Mackenzie, etc.) et que je sais de quoi il retourne. J'étais donc très curieuse de voir ce que donnait la plume de Christy Saubesty que j'aprécie dans un tout autre genre : la romance érotique.

Et j'avoue que même si l'histoire d'Aaron et Abigail reste assez classique, je suis bluffée par le talent de l'auteure de passer d'un genre à l'autre avec une telle dextérité. 

Le récit est romantique, doux à souhait et on est plongés dans l'ambiance Victorienne dès les premiers chapitres. Elle a formidablement intégré tous les codes du genre sans aucune lourdeur. Ses personnages sont eux aussi parfaitement réussis et rien ne sonne faux. Mieux encore, on reconnaît parfaitement son style et l'habileté avec laquelle elle nous happe dans ses histoires. 

Même si tout est assez prévisible, le récit est terriblement addictif et tellement agréable qu'on en redemande encore ! Et vu le potentiel de certains personnages, je ne serais pas étonnée qu'il y ait une suite.