The_OA (1)

 Série TV américaine de Brit Marling et Zal Batmanglij 

Synopsis :

Prairie Johnson, une jeune fille aveugle adoptée, réapparaît brusquement sept ans après avoir été enlevée. Elle s'identifie désormais comme étant « The OA ». La disparition de sa cécité ainsi que la nature de sa disparition provoquent bien des questionnements chez les autres, mais celle qui était connue sous le nom de Prairie ne semble pas prête à partager ce qu'a été sa vie pendant les sept dernières années...

L'avis de Linagalatée :

Prairie Johnson, même si elle  porte le nom de Abel et Nancy, n’est pas leur fille, ils l’ont adoptée, mais on devrait plutôt dire achetée, auprès de sa tante après le décès de son père. Elle avait sept ans et était aveugle depuis peu. Elle est née avec la vue, est d’origine russe et s’appelle Nina. 

The-OA-S01E06-4a38be2be723277990e613cc05feb545-thumb

Puis Prairie, qui joue divinement du violon, disparaît, c’est d’ailleurs l’une des causes de sa disparition. Pour tous elle a été enlevée. Mais Prairie a disparu volontairement, et quand elle est retrouvée sept ans plus tard, tentant de se donner la mort en sautant d’un pont, elle n’est plus aveugle, et a bien du mal à raconter son histoire, sauf quelques bribes choisies au psychologue du FBI. Si elle se mettait à raconter tout ce qu’il lui est arrivé ces sept dernières années et même à l’âge de sept ans quand elle a perdu son père, les médecins la feraient immédiatement interner. Elle ne peut que garder le secret, son secret.

04-the-oa

Mais la vie ne lui convient pas telle qu’elle la vie aujourd’hui. Elle va constituer un groupe de cinq personnes, ils se retrouveront en secret dans une maison désaffectée et elle leur racontera son histoire, toute son histoire. Elle leur racontera comment elle a disparu, ce qui lui est arrivé, qui elle a rencontré. Elle se livrera totalement à eux pour obtenir leur aide. Ils sont tous consentants, certains ne sont que des ados, et ils ne se doutaient vraiment pas de toutes les horreurs qu’elle va leur raconter, et ce qu’elle va finalement leur demander.

 the-oa-netflix (1)

Seront-ils capables de garder ce lourd secret, vont-ils avoir le courage d’aller jusqu’au bout et finalement pourront-ils ou voudront-ils vraiment l’aider. Quel que soit leur choix, il n’y aura pas de retour possible.

 brit-marling-as-the-oa-and-khatun

Cette série américaine imaginée par Brit Marling, oui, oui, l’héroïne de la série elle-même, et Zal Batmanglij, est entre un récit de science-fiction et un thriller, et cartonne à l’international.

 the-oa-is-absolutely-loaded-with-easter-eggs

Elle est diffusée depuis  le 16 décembre 2016 sur Netflix, et est souvent comparée à Stranger Things, diffusée récemment sur la même plate-forme.

maxresdefault (1)

Cette série ne peut pas vous laisser indifférent, soit, comme moi, vous l’adorerez et serez complètement frustrés à la fin du 8ème épisode, soit vous n’accrocherez pas du tout et lâcherez dès le 1er. Entre ces deux extrêmes, il y aura les indécis dont j’espère que bon nombre lui donneront sa chance en regardant le second épisode.

De très nombreuses théories circulent déjà quant à l’histoire, quelques-unes sans spoiler :

-         c’est juste une histoire de secte,

-         Nina est dans le coma depuis le début,

-         Prairie collabore avec Hap,

Et il y en a deux autres dont je ne vous parlerai pas, j’en ai déjà trop dit, et j’espère vraiment que tout ceci vous donnera envie d’aller au bout.

Les scénaristes pensent que Netflix commandera une seconde saison, il y a encore tellement de choses inexpliquées à la fin de la première saison et tellement d’autres qu’on voudrait savoir, qu’on voit mal Netflix ne pas surfer sur cette vague de succès.

Six acteurs dont Prairie (et là encore je ne peux vous en dire plus), sont particulièrement impressionnants, et rien que pour leur jeu, il faut vraiment regarder, j’ai été personnellement époustouflée.

Les cinq personnes à qui Prairie raconte son histoire, sont elles aussi impressionnantes de justesse, entre doute et curiosité. Parfois sceptiques mais toujours concernés, ils accordent au fil du temps, une confiance aveugle à Prairie.

Je ne peux que vous le redire, regardez cette série, et même si vous ne comprenez pas tout, tout de suite, vous allez comprendre et rentrer dans cet univers particulier. Si vous n’accrochez vraiment pas au 1er épisode qui est parfois un peu lent à se mettre en place, tentez vraiment de regarder le second, vous commencerez à avoir quelques explications et serez intrigués par certaines révélations, ce qui vous donnera certainement envie de continuer.

N’hésitez pas à mettre un commentaire quand vous aurez commencé le visionnage, j’ai hâte d’en parler avec vous.

Acteurs :

Prairie Johnson / The OA : Brit Marling, actrice, réalisatrice et scénariste, elle a participé au scénario de la scérie.

Homer Roberts : Emory Cohen, que l’on a pu voir dans Brooklyn de John Crowley et Détour de Christopher Smith,

Rachel : Sharon Van Etten

Renata : Paz Vega a une filmographie impressionnante, elle a tourné dernièrement dans Tous les chemins mènent à Rome de Ella Lemhagen et Attraction de Jada Pinkett Smith, qui n’est autre que l’épouse de Will Smith

Abel Johnson : Scott Wilson que l’on voit très souvent dans les séries Les Experts, New York police judiciaire, The walking Dead dans le rôle de Hershel Greene et dernièrement dans Damien dans laquelle il tien le rôle principal de John Lyons.

Nancy Johnson : Alice Krige, que l’on a pu voir de une trentaine de films et autant de séries.

Dr Hunter Aloysius « Hap » Percy : Jason Isaacs, à la filmographie qui force le respect. Habitué aux rôles de « méchants », il est Lucius Malefoy dans Harry Potter, le colonel Tavington dans The Patriot, ou encore le Capitaire Crochet dans Peter Pan. Non content d’avoir reçu de multiples récompenses, on le retrouvera en 2017 dans pas moins de 5 films !

Elias Rahim : Riz Ahmed, le psychologue du FBI, qui est un acteur et rappeur britanique et qui a joué dans Rogue One : A stars wars story de Gareth Edwards dans le rôle de Bodhi Rook, Jason Bourne de Paul Greengrass dans le rôle de Aaron Kalloor, et la série The Night Of de Richard Price et Steven Zaillian dans le rôle de Nasir Khan, dont la chronique sera publiée prochainement. Je l’avais d’ailleurs adoré dans ce rôle.