71xN+O-YZ7L

Sortie VF le 16 mars 2017

Présentation de l’éditeur : chez Pygmalion

«Le réveil, déjà... Il est sept heures. Bizarre, j’aurais juré l’avoir réglé sur huit. Sous ma main, la table de nuit est plus basse que d’habitude. La radio gueule un truc qui ressemble à Madonna ou Lady Gaga, bref ce n’est pas France Info. Je me lève dans le noir et me demande d’où vient cette infâme odeur de pieds. Je n’ai jamais senti des pieds de ma vie, et même si j’ai assez bu pour me réveiller dans un lit qui n’est pas le mien, ça n’a jamais fait puer personne. L’interrupteur, enfin, me tombe sous les doigts. J’allume. 

Je regarde mon bras... qui n’est pas mon bras. Mon nez me paraît pointu, mes pommettes aussi. Putain, je ne suis pas moi.» 
Lorsque Maxime de Retz, homme d’affaires de 43 ans, se réveille dans le corps d’un ado, la situation est pour le moins embarrassante. Mais, quand on essaie de l’assassiner, là, tout part carrément en vrille.

L'avis de Linagalatée :

Maxime de Retz a 43 ans, et est directeur d’une agence de mannequins. Beaucoup de choses lui sourient dans la vie : une situation financière plus que confortable, un boulot loin d’être désagréable, et un physique qui, sans être celui d’un jeune premier, fait de lui, quand même, plutôt un bel homme.

Euh non, ce n’est pas ça !

Maxime de Retz, se réveille ce matin, dans un environnement qu’il ne reconnaît pas. Pas la bonne heure de réveil, pas la bonne odeur dans la pièce, pas la bonne station de radio. Normal, Maxime est devenu, en une nuit, Aubert Mazel, 15 ans, lycéen, habitant Neuilly.

Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Maxime a bien conscience d’être Maxime, sauf qu’il ne l’est pas, il est Aubert, adolescent bougon, pas très à cheval sur l’hygiène et à la garde-robe plus que limite !

Passée la première surprise, il est bien obligé de jouer le jeu, auprès de « ses » parents, de « son frère » et de sa « sœur », s’il ne veut pas finir enfermé, parce que « ses » parents le prennent sans aucun doute pour Aubert. Mais il faut aller au lycée, et là ça se complique : dans quelle salle sont les cours, qui sont ses potes ? Autant de questions qui demeurent sans réponses.

Cependant, Maxime-Aubert sent bien qu’il n’est pas le seul dans ce cas. Au moins deux autres, qu’il a repérés, ont l’air aussi paumés que lui...

Dès le début de la lecture, on se demande bien où tout cela va nous mener. Eh bien, c’est très distrayant, et loin d’être grotesque ! On sourit beaucoup, on rit même à certaines répliques décalées, et surtout, surtout, on est tenus en haleine par cette histoire dont on voudrait bien avoir une explication.

Les situations se compliquent, deviennent tendues. Le personnage de Max-Aubert est vraiment très drôle, imaginez un adulte de 43 ans avec ses certitudes, ses façons de penser, sa maturité, dans le corps d’un ado de 15 ans, pas super à l’aise dans ses baskets. Un ado de 15 ans, qui aimerait les beaux costumes, le luxe, les belles voitures. Une situation pas forcément très courante.

Et, il est très attachant, Max-Aubert. Ado rebelle, mais adulte assumé. Violent parce que les situations l’y obligent, ou par goût, ou par intérêt, allez savoir !

On les surnomme les cannibales, parce qu’ils prennent possession d’un corps qui ne leur appartient pas au départ, mais attention à la nuit, parce que la nuit, d’autres priorités deviennent les leurs, et leurs plus bas instincts se réveillent et se révèlent.

J’ai beaucoup aimé cette lecture que j’ai trouvé originale et très divertissante. Il y a du suspense, du comique, de l’inattendu, de la violence (un p’tit peu), et un final, waow !!! Bref tous les ingrédients qui en font un très bon roman, pour les adolescents, comme pour les adultes.

Un petit bémol, pour ma part, vous me direz ce que vous en pensez quand vous l’aurez lu, car je ne peux pas en parler sans spoiler, mais… il me faudrait une suite !

J’attends avec impatience vos réflexions !