l'auberge du mystère

Sortie VF le 1er octobre 2017

Présentation de l’éditeur : chez Harlequin

Après trois ans à New York, Autumn se réjouit de passer quelques jours dans la chaleureuse petite auberge tenue pas sa tante, au cœur des montagnes de Virginie. Mais une fois sur place, rien ne se déroule comme elle l’avait imaginé. D’abord parce qu’elle est stupéfaite de trouver là Lucas McLean et que ces retrouvailles inattendues la bouleversent. Ensuite parce qu’elle perçoit immédiatement la tension lourde et menaçante qui règne entre tous les pensionnaires de l’auberge. Comme s’ils étaient unis par un sombre secret…

Son intuition se confirme lorsqu’on découvre une des clientes poignardée dans sa chambre. Toutes les personnes présentes avaient des raisons de détester la victime… et de la tuer.  Même Lucas ? Alors qu’une tornade s’élève et isole l’auberge du reste du monde, cette question ne cesse plus de hanter Autumn.

L'avis de Linagalatée :

Autumn Gallegher est dévastée quand Lucas McLean, célèbre auteur de romans policiers la quitte. Malgré son indifférence, ses manières brusques, et manifestement son manque d’amour pour elle, elle l’aimait follement.

Trois ans se sont écoulés, pas un jour Autumn n’a cessé de penser à Lucas. Elle a prévu d’aller passer quelques jours dans la petite auberge de sa tante Tabby, perdue au milieu des montagnes et des forêts.

Elle est très surprise à son arrivée de voir l’auberge avec autant de clients, ce n’est pas particulièrement courant hors-saison.

La première personne qu’elle rencontre n’est autre que Julia Bond, la célèbre actrice accompagnée du non moins célèbre réalisateur Jacques LeFarre. Drôle et pétillante, Julia entame tout de suite une discussion à bâtons rompus avec Autumn. Julia lui dresse le tableau des autres occupants de l’auberge ; un couple, Robert et Jeanne Spicer, un homme seul futur homme politique,  Steve Anderson, une femme seule, désagréable et isolée, Helen Easterman, et enfin un auteur à succès dont Jacques voudrait adapter l’un des romans au cinéma avec Julia dans le premier rôle.

Mais quand Julia prononce le nom de l’auteur, Autumn manque défaillir ! Non pas lui, pas Lucas, trois ans après, les blessures sont toujours aussi vives.

Elle ne lui fera pas le plaisir de la voir souffrir une fois de plus.

Il y a de l’électricité dans l’air, la tension est palpable, mais pas que du fait de la présence de Lucas, Autumn le sent, il y a autre chose, les autres occupants sont tendus et Helen semble avoir posé un masque sur son visage, et scrute tout le monde avec un regard froid et cruel.

Dès le lendemain une tempête fait rage et tous se retrouvent bloqués dans l’auberge. L’électricité est coupée et le générateur a pris le relais.

Une atmosphère digne d’Agatha Christie, la petite auberge coupée du reste du monde, des faits bizarres qui s’acharnent contre Autumn, une victime poignardée retrouvée dans sa chambre. Forcément le coupable est parmi eux, la peur et le doute s’installent. Il faut attendre la fin du mauvais temps et le rétablissement de l’électricité pour joindre les forces de l’ordre.

Il y a bon nombre de rebondissements qui vous feront douter de chacun des vacanciers, et l’on pourra même craindre une seconde victime.

Les romans de Nora Roberts sont toujours très agréables à lire. Tous les ingrédients sont présents, l’isolement, l’ambiance, une histoire d’amour et un meurtre. La seule chose que je pourrais reprocher dans l’ensemble est qu’il m’a manqué des éléments de compréhension dans la partie suspense, mais c’est certainement parce que je préfère cette partie à la romance.