Transférés

Sortie VF le 13 avril 2017

Présentation de l’éditeur : chez Michel Lafon

Dans un futur proche, l'humanité a trouvé le moyen de soigner facilement les malades : transférer les maladies aux criminels, qui sont parqués dans des ghettos à l'écart de la société. 

C'est dans ce monde qu'est née Talia Hale. À seize ans, elle est la fille du peut-être futur Premier ministre d'Angleterre. Alors qu'elle est atteinte d'un rhume pour le plus grand dégoût de son entourage, elle va subir son premier Transfert. Mais rien ne va se passer comme prévu et Talia va sauver une petite fille d'une agression. Une petite fille qui vient des ghettos et qui va pousser Talia à découvrir l'envers du décor et l'horreur d'un système déshumanisé. 

Talia va désormais tout faire pour empêcher son père d'aggraver la situation des bidonvilles, pour sauver ses nouveaux amis qui y habitent et rectifier une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais. Elle devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et être prête à combattre tout ce en quoi elle a cru.

L’avis de Linagalatée :

Londres est aujourd’hui séparée en deux. D’un côté les laissés pour compte, les condamnés à de petites peines : Barbican. Les condamnés à de plus lourdes peines sont isolés à la Quarantaine. Mais les peines ne sont plus celles que l’on connaît aujourd’hui.

De l’autre côté,  c’est le bon côté de la société, une vie agréable, sécurisée, et sans microbes.

Ce sont les nouvelles peines, un rhume, les oreillons, une migraine, ces maladies sont transférées aux détenus par un système de transfert de sang. Pour les plus lourdes peines, le microbe est inoculé volontairement et le détenu est envoyé à la Quarantaine où il est à l’isolement complet. Et il y a les « réservistes » en cas d’épidémie de maladie grave, ils sont « en attente » de transfert.

Talia Hale a 16 ans, vit du côté « humanisé » de Londres, elle est la fille désormais unique de Malcolm Hale, candidat au poste de Premier Ministre d’Angleterre, sous la bannière du Parti National de la Loi, assisté d’Alison et de Piers, son chef de campagne. Talia ne voit désormais son père qu’en une seule entité de ces trois personnes.

Sébastien Conway du Parti Démocrate de la Justice, son adversaire, est en tête des sondages, et Piers use de tous les stratagèmes pour inverser la tendance, quitte à utiliser Talia.

Talia est enrhumée et se rend à l’hôpital pour subir un transfert. Elle en ressort guérie, mais un événement va venir bouleverser sa vie, elle va faire la rencontre de Tig, une petite fille du Barbican, elle la sauve d’une agression et devient l’héroïne du jour.

Mais cet événement va lui ouvrir les yeux sur une dure réalité à laquelle elle n’était pas du tout préparée.

Talia est encore une adolescente, mais elle est surtout la petite fille gâtée de son papa. Elle a donc parfois des réactions un peu puériles, elle n’a surtout pas l’habitude qu’on lui tienne tête !

On va découvrir la vie du Barbican grâce à Galien, le grand frère de Tig. Des immeubles délabrés, une vie de débrouille, de violence et de microbes. Talia va également la découvrir et ça va être un choc. Elle va peu à peu prendre conscience des injustices à répétition dont les habitants du Barbican sont victimes et va tenter d’y sensibiliser son père. Mais tout ce qu’elle touche ou fait se transforme en catastrophe !

Malcolm Hale, animé par une ambition et une vengeance personnelle, est complètement manipulé par Piers. C’est finalement un faible qui n’ose pas lui tenir tête pour se préserver des moments seul avec sa fille. J’ai trouvé qu’il n’était pas un personnage très intéressant, et penser qu’il sera peut-être très prochainement Premier Ministre d’Angleterre, peut faire froid dans le dos.

Galien, jeune adulte, est finalement à peu près le seul à avoir la tête sur les épaules, il s’occupe de sa petite sœur en l’absence de leur père, en Quarantaine. Il aide du mieux qu’il peut, avec ses notions de médecine, les transférés, les soulager un peu de leurs maux, panser des blessures, recoudre des plaies.

Je n’ai pas été convaincue par le scénario que j’ai trouvé globalement assez peu fouillé et des personnages superficiels, mais il s’agit donc d’un premier roman. Gageons que si suite il y a, elle sera plus travaillée. On peut également envisager de lire une suite sur l’évolution du Barbican et des lois barbares qui y sont appliquées. Qui sait !

Kate Blair a un parcours atypique. Tour à tour, conservatrice de musée, clown et cuisinière sur un bateau. Les droits audiovisuels de ce roman ont été optionnés par les créateurs de la série Orphan Black, il et se peut donc qu’un jour, on le voit porté à l’écran.