Ruine 1

Sortie VF le 1er décembre 2017

Présentation de l'éditeur : chez Milady, collection New Adult

Pour vivre, il faut d'abord affronter la mort.

Kisa est la fille du chef de la mafia russe de New York qui tient le Donjon - un ring clandestin - et la fiancée d'Alik, un tueur endurci. Prisonnière de cet univers, Kisa ne rêve pourtant que de liberté. Jusqu'à ce qu'elle croise par hasard un sans-abris couvert de tatouages et de cicatrices qui éveille en elle des sentiments inconnus. Quelques jours plus tard, elle le revoit en train de combattre au Donjon. Alors qu'il sème la peur et la mort sur son passage, Kisa brûle de désir pour cet homme que tout le monde appelle Raze. Elle est alors consciente qu'elle devra se sacrifier si elle veut être sienne.

Mon avis : 

Tillie Cole écrit des histoires qui traitent des sujets totalement différents. On a lu ses histoires très sombres de bikers avec les Hades Hangmen, ses sportifs au sein de l'Université avec la saga Sweet Home, du young adult avec Mille baisers pour un garçon, et ici une série encore totalement différente avec des Fighters. 

Alik est le futur héritier des rois rouges de la mafia de New York. C'est un être brutal, violent et possessif qui a du mal à se contrôler. La seule qui réussit à l'apaiser, c'est Kisa. Il la contrôle, la domine, la terrorise. 

Kisa a perdu Luka, l'amour de sa vie, son âme soeur, dans des circonstances que l'on apprendra plus tard dans le roman. Depuis, c'est Alik qui s'occupe d'elle. Bien qu'elle le craigne par certains aspects, il ne lui a jamais fait de mal et elle se sent obligée de rester avec lui. 

Ruine est enfermé dans un genre de cachot depuis des années, entraîné, drogué et conditionné pour devenir un tueur sans pitié. Il livre des combats contre d'autres hommes où seul l'un deux en ressort vivant. Il ne sait pas qui l'a enfermé là, ni depuis combien de temps, ni pourquoi, mais ce qu'il sait, c'est ce qu'il a écrit sur le mur de se sa cellule des années auparavant : Alik Durov, Brooklyn New York, Vengeance, Tuer. 

Alors que des prisonniers se rebellent, il réussit à s'échapper et fonce tout droit vers sa vengeance. 

Ce premier tome nous plante le sombre décor du milieu de la mafia et de ses codes. C'est une histoire à la fois très violente et extrêmement romantique.

Ruine tient plus de l’animal que de l’humain il est violent et sauvage, n’a aucune expérience en ce qui concerne les femmes et se comporte de manière presque primitive au contact de Kira. Ruine a subi tellement d’atrocités lors de sa captivité, qu’il a rejeté tout souvenir d’avant son emprisonnement qui auraient pu l’affaiblir. Il s’est concentré sur sa survie : le sang, les combats et l’oubli.

Lors de son évasion, avec l’arrêt des drogues et des traitements infligés par les gardiens, les souvenirs vont peu à peu l’assaillir et la vérité va refaire surface. 

Si le personnage de Ruine est très intéressant, avec cette dualité qu'il a en lui, de la grosse brute au coeur romantique, j'ai trouvé Kira un peu trop lisse. Elle subit toutes les situations sans vraiment se rebeller. Il m'aura manqué également un peu d'imprévu pour être totalement conquise. L'histoire est prévisible dès le départ, et réserve peu de surprises.

Le premier tome de cette série plante le décor du Goulag, dont nous retrouverons l'histoire d'un autre prisonnier dans le second tome, ainsi que Talia, la soeur de Luka. 

Au final, une série qui ne manque pas d'originalité.