interview CS QUILL

 

A l'occasion de la sortie de son nouveau roman Prude à Frange, la pétillante CS Quill a accepté de répondre à quelques questions : 

 

1/ Quel est l'endroit où vous écrivez (un bureau, les transports, le jardin, le lit...)

CSQ : Je n’ai pas vraiment d’endroit attitré. Tout dépend de mon humeur, de la météo et de l’alignement des planètes. Je peux aussi bien écrire chez moi (bureau, jardin, lit, cuisine), que chez des amies, au milieu de leur salon alors qu’elles regardent des émissions de crimes non résolus. Ce n’est pas le lieu qui compte, mais le temps d’écriture.

2/ Écrivez-vous tous les jours ? à heures fixes ? 

CSQ : Quand j’ai débuté Burning Dance sur Fyctia, j’écrivais tous les jours, pour pouvoir publier un chapitre tous les soirs. Mais c’est un rythme qui a vite fait de déborder sur ma vie perso, donc j’ai décidé de me calmer. Aujourd’hui, j’écris systématiquement toute la journée du Vendredi et le Dimanche soir. Il m’arrive parfois de grappiller une heure par ci par là en semaine, si j’ai besoin de sortir une scène de ma tête.

3/ Ecrivez-vous en musique ?

CSQ : A chaque nouveau livre, je crée une playlist, que j’écoute tous les jours dans ma voiture et dans ma douche. C’est déjà ma première base pour nourrir mon imagination. Pendant la phase d’écriture, tout dépend de la scène. Parfois je mets mon casque et la musique à fond, parce que j’ai besoin de caler mon écriture sur le rythme de la chanson. Parfois, il me faut du silence, sinon mon cerveau déraille.

4/ Quel scène préférez-vous écrire dans un roman  ? dialogue, scènes hot, disputes, etc...

CSQ : J’aime les passages bourrés d’émotions, aussi bien dans un dialogue, que dans une dispute ou une scène de sexe. C’est là que ma passion pour l’écriture s’embrase. 

Quelques questions sur votre dernier roman Prude à Frange 

1/ Envisagez-vous d'écrire des tomes complémentaires dans le même univers ? Si Oui, sur quels personnages ? 

CSQ : Non, Prude à Frange sera une histoire unique. J’ai déjà de nouveaux amis imaginaires qui occupent mon temps et mon clavier. Et puis j’ai une liste de projets longue comme le bras ! Le Round devra continuer sans moi !

2/ Êtes-vous consciente que le titre de votre roman interpelle ? Est-ce voulu de susciter cette curiosité ?

CSQ : J’avoue, je ne pensais pas qu’il ferait autant réagir. J’ai choisi le titre Prude à Frange principalement parce qu’il me fait rire. A chaque fois que quelqu’un le lit,  le cerveau remplace d’office « prude » par un autre mot et… ça colle parfaitement à l’histoire du coup ! Il correspond bien à Cadence je trouve : drôle, curieux et imprévisible. Il mêle le côté humour/noirceur de ce livre.

3/ Pourquoi situer le roman dans le milieu de la prostitution ? 

CSQ : Je ne sais pas, ce n’était pas une volonté particulière. Je voulais avant tout que mes héros soient totalement opposés et qu’ils évoluent dans un climat de tension. Je n’ai pas de prise sur mon cerveau quand c’est comme ça, mes personnages prennent toute la place et me dictent la suite des événements. Je ne me souviens même pas précisément comment j’ai eu cette idée. Dans la New Romance, on parle souvent de violences, d’abus, de drogues, de mort… la prostitution est un sujet comme un autre. C’est une littérature qui se veut actuelle et percutante je crois… ? Et au final ici, ce n’est que le décor. En écrivant j’ai toujours eu l’impression que c’était simplement un filigrane. Pour moi, c’est la relation entre Cadence et Mas qui prime. Le Round donne juste davantage de relief à leurs échanges.

4/ Puisque nous avons les deux points de vue de Mas et de Cadence. Dans quelles pensées vous sentez-vous le plus à l'aise ? 

CSQ : Difficile de choisir. J’ai adoré me mettre dans la peau de Cadence, parce qu’elle est drôle, piquante et imprévisible. Elle a une vraie personnalité, qui a pris plus d’une fois le pas sur mes idées.

Quant à Mas, j’ai aimé être dans sa tête quand il oscillait dangereusement entre deux volontés concernant Cadence. Il a cette dualité en lui, cette noirceur qu’il projette pour camoufler sa lumière.

J’ai toujours préféré l’alternance des points de vue dans mes écrits, alors je suis à l’aise aussi bien dans les pensées de Mas que celles de Cad. Je me fonds tellement à mes personnages que je n’ai pas de difficultés à passer de l’un à l’autre. Au contraire, c’est bien plus en enrichissant.

5/ Souhaitiez-vous en écrivant Prude à Frange écrire une dark romance ? 

CSQ : Pas du tout. Je ne réfléchis jamais au genre. J’ai une idée, puis mes personnages prennent vie et deviennent plus forts que les cases qui existent. Je ne me mets pas de limites, hormis celles qui collent à mes valeurs. Je sais seulement ce que j’aime trouver dans mes livres, et ce que je ne veux pas y mettre. Prude à Frange est juste une histoire d’amour, je ne suis pas sûre qu’il soit très utile de chercher absolument à la ranger dans un case.

Merci à Hugo et à Marion de nous avoir permis de réaliser cette sympathique interview de CS Quill 

Retrouvez nos avis sur ses romans : 

Prude à Frange 1er round

Burning Dance 1

Burning Dance 2

Burning Games