la nuit a dévoré le monde

Sortie en salles le 7 mars 2018

Film fantastique d'horreur de Dominique Rocher

Avec Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavan, ...

Interdit aux moins de 12 ans

Synopsis : 

En se réveillant ce matin dans cet appartement où la veille encore la fête battait son plein Sam doit se rendre à l’évidence : il est tout seul et des morts vivants ont envahi les rues de Paris. Terrorisé, il va devoir se protéger et s'organiser pour continuer à vivre. Mais Sam est-il vraiment le seul survivant ?

L'avis de Swann : 

Si vous pensiez que tout avait été dit au cinéma et en séries sur les Zombies, Dominique Rocher, jeune réalisateur, nous prouve avec son premier film,  « La Nuit a dévoré le monde »  inspiré du roman de Martin Page (écrit sous le pseudonyme Pit Argamen), que le genre a encore des choses à dire et fait preuve d'une originalité sans failles.

L'histoire est pourtant simple, dans l'appart Parisien de son ex, où une fête gigantesque bat son plein, Sam (Anders Danielsen Lie) souhaite récupérer des cassettes audios (Sam est musicien). Il arrive à se frayer un chemin parmi les  nombreux fêtards jusqu'à la chambre où se trouve son carton avec ses bandes, et là un peu sonné par le bruit de la fête, Sam s'endort....

A son réveil, plus un bruit, mais un silence de mort. Sam va vite découvrir une vision cauchemardesque : plus l'ombre d'un fêtard mais des traces de sang partout sur les murs, et une vision de chaos autour de lui. Sam va se pencher au balcon afin d'essayer de comprendre, et va vite découvrir que Paris est devenue une ville morte et que les seuls êtres vivants sont des zombies.

Sam va alors devoir apprendre à s'organiser et à vivre enfermé dans cet immeuble Haussmannien, où il est coincé et condamné, car il sait qu'il n'a aucune chance de pouvoir sortir.

Nous allons alors découvrir son mode de « survie » au quotidien, ses ruses pour trouver de la nourriture et de l'eau, sa façon de garder la forme avec des joggings dans la cage d'escalier, sa façon pour créer de la musique, et même ses provocations envers les zombies, en jouant de la batterie, fenêtres grandes ouvertes.

Avec peu de moyens, le réalisateur évite tous les cliches vus et revus, et nous embarque dans ce quasi huit clos avec des scènes flippantes à souhait. A noter la performance du génial Denis Lavant, zombie coincé dans la cage d'ascenseur, que Sam va essayer d'apprivoiser comme seul compagnon dans cet immeuble désert.

Au-delà du film de genre, Dominique Rocher nous donne à réfléchir sur de nombreux thèmes, la solitude, le droit à la différence, l'instinct de survie... mais ne pensez pas échapper aux nombreux sursauts, car  ''La Nuit a Dévoré le Monde'' est aussi, avant tout, un vrai thriller.