A première vue

Sortie VF le 11 octobre 2018

Présentation de l'éditeur : chez Hugo Roman

***Attention spoilers dans le résumé***

Certaines erreurs méritent d'être pardonnées 

Merit Voss sait qu'elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu'elle n'a pas gagné. C'est en voulant en acquérir dans une brocante qu'elle fait la connaissance d'un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d'être un peu plus compliquée qu'elle ne le pensait et que l'alchimie qu'elle a cru percevoir entre eux, a peu de chances de se développer. 

Rien n'est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d'une ancienne église désaffectée. Son père a épousé l'infirmière de son ex-épouse, qui l'a assistée lorsqu'elle a eu un cancer. Ses frères et soeurs ont des traits de caractère qu'elle n'apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre. 

Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger, 
Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.

L'avis d'Evenusia

Colleen Hoover écrit tout un tas d'histoires totalement différentes, et ce roman ne fait pas exception à la règle, bien au contraire. Je vous en dévoilerai peu et vous conseille de ne pas trop vous spoiler, notamment avec le résumé de présentation. 

Au coeur de cette histoire, il y a la famille Voss, atypique, bizarre et pleine de secrets qui ont détruit peu à peu les liens affectifs. Vous découvrirez tous ses membres dont certains ne font même pas partie de la famille, mais qui vivent également là, dans cette ancienne église, avec un crucifix au milieu du salon et des vitraux aux fenêtres. 

 

Merit a 17 ans et collectionne les trophées qu'elle n'a jamais gagnés, en les achetant chez les brocanteurs, quand il lui arrive un évènement difficile. Elle vit au milieu de cette famille bizarre, dans laquelle elle se sent incomprise. Elle a l'impression de contenir à elle seule tous leurs secrets et elle a du mal à vivre avec cela, elle étouffe. Elle voudrait une famille normale qui se soucie d'elle. 

La romance n'est pas au coeur de ce roman mais Colleen Hoover a créé un personnage masculin, Sagan, absolument magnifique. Il est toujours là pour Merit, même quand elle est insupportable, il l'aide à tout surmonter, par sa présence, ses dessins, ses baisers. Il a lui une histoire bouleversante à raconter. Les autres personnages sont également très intéressants, fascinants à leur manière, et tous ont une place importante dans la vie de Merit.  

Pour qui suit cette auteure sur les réseaux sociaux, vous reconnaîtrez sans mal son côté un peu satirique et loufoque lorsqu'elle évoque sa vie et que l'on retrouve ici dans certaines scènes qui tantôt frôlent l'absurde et parfois sont criantes de réalité. Cette dualité fait partie de sa personnalité et elle est omniprésente tout au long du roman. 

Je ne suis pas étonnée non plus qu'elle est dédié cette histoire à l'un de ses fils ado, même si l'héroïne est une fille, elle nous la dépeint avec un regard tantôt exaspéré, tantôt fasciné, tout comme souvent l'adolescence peut être. Cette étape dans la vie où on pense que tout tourne autour de nous, où on se fait des idées sur tout, sans vraiment savoir ce qu'il en est. Ce mal être permanent qui parfois peut dégénérer chez certains. Cette impression d'être incompris, d'étouffer, d'enrager, Colleen Hoover a su la saisir avec beaucoup de justesse, de délicatesse et de profondeur. 

J'ai trouvé dommage que la conclusion s'avère un peu rapide. Certains personnages auraient mérité qu'on s'attarde un peu plus sur eux. 

Comme souvent, on ne sait pas trop où Colleen Hoover nous embarque et, une fois de plus, elle nous destabilise, retournant la situation de façon inattendue.

A première vue, on croit avoir tout compris et au final c'est tout autre chose.