Until the end Laura S

 Sortie VF le 5 septembre 2019

Présentation de l'éditeur : chez Hugo New Romance

Et si l'amour pouvait les libérer ?

Un soir d'octobre, alors que Mila rentre chez elle, sa vie bascule. Quelqu'un l'attend en bas de son immeuble. Une main se plaque sur sa bouche, et un 4X4 l'emporte... 

Mila vient d'être enlevée. 

Lorsqu'elle revient à elle, la jeune femme s'aperçoit qu'elle est séquestrée et coupée de tout, sans comprendre pourquoi elle a été prise pour cible. Qui est son ravisseur ? Que lui veut-il ? Retenue dans un endroit isolé, elle va devoir apprendre à vivre avec 
Carter, l'homme chargé de la surveiller, qui la trouble autant qu'il la terrifie. 

Pour Carter, Mila n'est qu'un contrat de plus à honorer. Sa mission est simple : l'enlever, la maintenir prisonnière puis la relâcher une fois la rançon payée. Mais il commet une erreur qui va tout bouleverser : quelque chose chez sa captive lui fait baisser la garde. Et il laisse malgré lui un lien se créer entre eux... 

Tandis que leur cohabitation forcée se prolonge, Carter et Mila en découvrent chaque jour davantage l'un sur l'autre et la jeune femme réalise que malgré les apparences, son ravisseur porte un lourd fardeau et qu'il est peut-être prisonnier autant qu'elle. 

Et si l'amour pouvait les libérer ? 

L'avis d'Izabulle:

Ludmila est orpheline et la seule personne importante dans sa vie est sa meilleur amie et voisine, Gaby. Alors que cette dernière entame un voyage en Europe, Ludmila est enlevée et séquestrée par deux hommes.
Elle est laissée dans une totale méconnaissance des raisons liées à son élèvement, et si Ben, l'un des deux hommes, est patient avec elle, ce n'est pas le cas de Carter. Malheureusement pour elle, Carter sera sont principal geôlier et les privations et brimades de la part de ce dernier seront fréquentes.

Il s'agit du premier livre de Laura S. Wild que je lis, et j'avoue avoir été happée très rapidement par cette ambiance pesante et maltraitante qui y règne. L'auteur n'a pas le défaut de se perdre en détails en début de roman, et le versant thriller débute très rapidement.

Pour moi, cette histoire, n'est pas une dark romance, car il n'existe pas de scènes de violence ou de viol détaillées. L'ensemble est effectivement assez soft, mais l'ambiance que l'auteur arrive à instaurer est, elle, étouffante.
Ludmila est complètement traumatisée psychologiquement et ses tentatives d'évasion ou d'agression envers son kidnappeur prennent aux trippes.

J'avais peur de ne pas adhérer à la transformation des sentiments de Ludmila pour son kidnappeur et que cela ne gâche ma lecture. Mais, il n'en fut rien. L'histoire est plutôt crédible et l'évolution de la relation entre la captive et son geôlier se fait doucement et avec une analyse pertinente. Toutefois, je n'ai pas compris que l'auteur ait eu besoin de justifier à ce point le comportement de Carter. Pour moi, son parcours de vie traumatique était suffisant pour expliquer certaines de ses réactions.

J'ai pu retrouver à travers cette histoire, ces sensations d'angoisse et d'excitation que j'ai pu ressentir à la lecture de très bons romantic-suspense. J'ai notamment apprécié que l'auteur ne se contente pas de mettre un point final à son histoire au moment du dénouement principal, mais qu'elle ait fait perdurer la romance. Le livre comprend 400 pages et pourtant je l'ai lu en à peine 3 jours. La sensation addictive ne m'a pas quittée et ce "jusqu'à la fin".

"Until the end" est donc une très belle découverte pour moi. Avec des personnages entiers et réalistes qui ne cherchent pas à dissimuler leurs défauts, vous allez vivre des émotions fortes. Vous allez adorer ce huit clos en pleine forêt, qui saura alternativement vous apaiser et vous rendre fous.