Le fils du vent

Sortie VF le 11 septembre 2019

Présentation de l'éditeur : 

Pour la première fois, elle se mit à observer les enfants. Les bébés. Sa poitrine se serra à leur vue. Elle aurait voulu en tenir un contre son cœur, sentir le poids doux et chaud d’un nouveau-né dans ses bras. Aimer et être aimée. Concocter une vie toute neuve à partir de son propre sang, de son propre corps. Devenir le foyer d’un être, un nid rassurant et doux dans un monde aux contours tranchants.

À dix-huit ans, des rêves plein la tête, Solimar décide quitte le Mexique pour se rendre en Californie, et traverse la frontière au péril de sa vie. Après un voyage semé d’embûches, lorsqu’elle arrive à Berkeley, Solimar découvre avec stupeur qu’elle est enceinte. Sans papiers et livrée à elle-même, elle trouve en son fils son point d’ancrage, et dans la maternité, son identité.

Lorsque la jeune femme est incarcérée en centre de rétention pour immigrés clandestins, son fils est placé sous la garde de Kavya et de son mari, qui souffrent depuis des années de ne pas avoir d’enfants. Kavya se transforme en mère lumineuse et trouve un sens à sa vie. Mais son cœur est scellé à l’enfant d’une autre qui ne reculera devant rien pour le récupérer.

L'avis d'Izabulle :

Soli est une jeune Mexicaine de 20 ans qui rêve de réussite et d'Amérique. La traversée de la frontière sera une épreuve inhumaine, entre trafic de drogue, viols et famine.
Nous suivons une autre jeune femme Kavya, qui est d'origine Indienne. Elle vit, elle, légalement en Amérique, mais est la risée de sa famille. Elle n'a pas fait d'études prestigieuses, n'est pas capable d'enfanter et pire que tout, envisage d'adopter... Nous découvrons une culture indienne inflexible et exigeante, où les codes sociaux régissent la vie de ses membres.

Ce roman est une fiction, mais nul doute n'est porté quant au fait que les horreurs subies par Soli lors de sa traversée de la Frontière ou lors de son incarcération, puissent être véridiques.

Ce roman m'a fortement touché et éprouvé, tant l'histoire est réaliste et dure.

Soli et Kavya sont deux femmes fortes et déterminées et portent chacune leur tour le roman. L'auteur prend le risque d'ecarteler le lecteur entre ces deux femmes, nous forçant à faire un choix cruel et impossible.

J'ai souffert lors de ma lecture, la prise de recul a parfois été nécessaire face aux horreurs qui défilaient sous mes yeux.

L'auteur a une écriture très atypique, remplie de poésie et de métaphores. Il s'agit d'une lecture qui n'est pas simple et fluide, ayant demandé maintes attentions à mon cerveau.

Pour conclure, une fiction aussi percutante et intense qu'un documentaire. Un récit choc, nullement romancé, où l'auteur nous présentera d'ailleurs sa vision à elle du happy end.

Si vous avez le coeur bien accroché et que vous n'êtes pas à la recherche d'un roman Feel Good, je vous invite à venir rencontrer Soli et Kavya.