Hate to love Penelope Douglas

Sortie VF le 2 novembre 2017

Présentation de l'éditeur : chez Collection &H

Depuis plus de sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres. Des lettres dans lesquelles ils se racontent, se livrent, se soutiennent. Une seule règle : ne jamais chercher à se rencontrer. Un interdit qui a convenu à Misha pendant toutes ces années. Il n’a pas besoin de connaître le visage de Ryen pour qu’elle soit sa muse, son inspiration, celle pour qui il écrit ses chansons et, quelque part, son âme sœur. Mais, un soir, il croise une jeune fille dont les goûts excentriques se rapprochent un peu trop de ceux que Ryen lui a décrits dans ses lettres pour que ce soit une coïncidence… Et alors, face à cette jeune fille d’une beauté solaire, renversante, Misha n’a aucun doute  : il sait que c’est elle. Maintenant, impossible de résister, il doit s’approcher. Quitte à ne jamais révéler à Ryen qui il est vraiment. Et quitte à découvrir une Ryen bien différente de l’idéal qu’il s’était imaginé…  

Mon avis : 

Misha et Ryen entretiennent une correspondance depuis qu'ils ont 11 ans. Ils ne s'entendaient pas tres bien au début, jusqu'au jour où ils découvrent que tous deux ont des parents séparés, cela les rapproche et sept années plus tard, après des centaines de lettres échangées, ils sont devenus les meilleurs amis du monde sans jamais s'être rencontrés, alors que seulement une cinquantaine de kilomètres les séparent. Mais ils se sont promis de ne pas se chercher, et préfèrent maintenir cette petite bulle faite de leur petit monde secret, où ils se disent tout plutot que de tout détruire avec une rencontre. 

Pourtant rencontre il y aura, même si celle ci ne sera pas préméditée, et Misha découvrira brièvement au cours de cette soiree, le visage de sa meilleure amie sans que celle-ci ne sache qui il est.

À la suite de cette soirée, Ryen ne reçoit plus de lettres de Misha, ce qui la plonge dans un profond désarroi. C'est la seule personne à qui elle dit tout, avec qui elle peut être elle-même et ne pas tricher.

Dans son lycée elle continue à faire semblant d'être quelqu'un d'autre, et la venue de Masen, un nouvel élève qui semble la haïr, ne lui remonte pas le moral. 

C'est assez bouleversant de constater le mal et la souffrance qui peut circuler au sein d'un lycée. Les moqueries, les faux semblants, les jeux de pouvoir, les poussent à être des personnages montés de toutes pièces, et tout le monde en souffre : celui qui est rejeté, mais également celui qui harcèle et qui semble se donner ainsi une certaine légitimité.

Nous sommes plus proches d'une romance New Adult que d'une Dark Romance, mais plusieurs thèmes assez durs sont abordés de différentes manières dans ce roman dont les sentiments contradictoires des personnages sont parfois très destabilisants et nous mettent mal à l'aise.   

Vous allez certainement haïr Ryen, car c'est un personnage superficiel monté de toutes pièces, elle a tout fait pour faire partie des gens populaires et n'hésite pas à se moquer des autres. Mais c'est une héroïne qui va évoluer au fur et à mesure. 

Misha est lui beaucoup plus attachant. C'est un compositeur, elle est sa muse, celle pour qui il écrit les textes de ses chansons, avec qui il les partage. J'ai adoré sa relation avec Ryen et regrette de ne pas avoir eu un aperçu plus important de leurs correspondances. 

Comme souvent dans les romans de Penelope Douglas, on est happés par l'histoire et on se pose des tas de questions dont les réponses sont apportées au compte-gouttes.

Difficile de lâcher Hate to Love avant d'avoir tourné la dernière page.