Phobos 4

Sortie VF le 23 novembre 2017
Présentation de l'éditeur : chez Collection R
Lancement des chaînes des pionniers dans
3 secondes...
2 secondes...
1 seconde... 
Ils peinent à reprendre leurs marques. 

Ils sont les derniers survivants du programme Genesis. Après avoir traversé un désert de solitude, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.
Elle peine à reprendre son souffle. 
Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d'un bout à l'autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ? 
Même si l'angoisse mène au bord de l'asphyxie, il est trop tôt pour respirer.
 
L'avis d'Izabulle :
​Ce quatrième tome était pour moi assez inattendu, persuadée que l'auteur nous laisserait sur la satisfaction de savoir les pionniers vivants (enfin pour certains) et de retour chez eux. Et bien non ! Il nous livre ici une suite tout aussi étonnante et bombesque que les précédents tomes.
 
Nous retrouvons les pionniers survivants de la première saison et les pionniers de la seconde saison (n'ayant pu finalement débarquer), au sein du Cupido. Le vaisseau est en route vers la Terre, et quelques petites tensions commencent à se faire ressentir, essentiellement entre les pionniers des deux saisons. Léonor est, plus que jamais, le leader de la première saison, alors que les pionniers plus récents contestent ses décisions. Kirsten donne naissance à sa fille Eden, mais celle-ci présente des malformations, et est trop fragile pour descendre dans la gravité écrasante de la Terre. Mozart aussi restera dans le Cupido, son œuf de la mort n'ayant pu être désactivé.
Alors qu'à peine foulé le sol de la Terre, la plupart des pionniers fourmillent de projets, tant artistiques, scientifiques, qu'humanitaires, Léonor elle, est dans un déni complet. Elle s'enferme à Cap Canaveral, pour veiller sur Kelly, souffrante, et aider au rapatriement de Mozart, Kirsten et Eden.
 
​Vous n'avez pas à craindre d'en savoir trop, suite aux éléments que j'ai dévoilés juste dessus. Cela correspond à peine à 20% du livre. Ce qui est certain, c'est que Victor Dixen a eu une imagination très prolifique, et que cet opus ne connaît aucun temps mort. Nous passons de révélations en rebondissements, et du dramatique à l'émerveillement. Nous suivons les pionniers sur Terre et les exilés à bord du Cupido durant plus de 18 mois. De quoi vous tenir en haleine pour de nombreuses heures de lecture, avec un livre faisant plus de 650 pages.
 
La romance est un peu moins présente ici, l'accent étant vraiment mis sur les dénouements et le suspense futuriste. Cela permet aussi de faire un bon de géant au sein de l'histoire et je pense contenter beaucoup de fans de la saga sur des questions qui étaient restées, jusque là, en suspend.
Même si l'auteur nous offre une vraie fin qui m'aura ravie, elle est également une porte ouverte sur un éventuel autre tome. Si tel devait-être le cas, j'en salive d'avance !