L'oiseau captif

Sortie VF le 11 septembre 2019

Présentation de l'éditeur : chez Milady

Forough Farrokhzad a grandi à  Téhéran dans les années 1930, au sein d'une famille de sept enfants. Dans la maison règne une discipline de fer, et les enfants n'appellent pas leur père "papa", mais "Colonel". Très tôt, Forough manifeste un vif intérêt pour la poésie persane et dévore les recueils que ses frères étudient, eux qui ont la chance d'aller à l'école. À l'âge de seize ans, Forough épouse son amour de jeunesse, Parviz, sur décision de son père qui tient à éviter un scandale. Mais alors que beaucoup de jeunes filles n'ont pas la chance de choisir leur mari, Forough ne tarde pas à déchanter :  l'homme qu'elle a épousé n'est pas exactement celui qu'elle imaginait.

Alors elle se remet à écrire et entre ses vers se devine quelqu'un qui ne fait pas semblant de vivre. Une femme, une vraie. Et même une poétesse. Une qui, sans même s'en rendre compte, va révolutionner la scène littéraire iranienne en écrivant sur le sentiment amoureux, le désir et l'amour charnel, des thèmes traditionnels de la poésie persane, mais qui, venant d'une femme, vont provoquer un séisme sans précédent dans la société iranienne et vaudront à Forough Farrokhzad une réputation sulfureuse.

L'avis d'Izabulle :

Forough Farrokhzad est la plus grande poète que l'Iran ait connu. Sa vie nous est racontée ici, dans un mélange subtile de biographie et de fiction.
Nous la découvrons enfant alors qu'elle vit avec ses frères et soeurs dans la maison du colonel, leur père. Vivant dans un milieu aisé elle a accès à de nombreux livres et magasines. Elle tombe amoureuse de son cousin, lui même amoureux des mots, mais le mariage semble maudire ce couple qui ne retrouve pas la magie des premiers émois.

L'histoire est racontée à la 1ere personne, à l'image de l'autobiographie. L'écriture est tellement réaliste, poétique et sensible, qu'il m'a été impossible de ne pas me projeter comme si Forough était la narratrice elle-même. J'ai été envoutee par la découverte de cette Iran qui m'était inconnue. J'ai souris devant l'insoumission de Forough et sa soif de vivre. J'ai fremis devant ses premiers amours interdits et les coups tant physiques que psychologiques qu'elle a reçu au cours de sa vie.

Le récit est ponctué de ses poèmes au rythme musical, envoûtant et parfois sexy pour l'Iran conservatrice. Elle sera dépeinte comme le diable parfois, comme une pécheresse souvent, mais pour ma part, je n'ai rien vu de choquant ou de transgressif en cette artiste qui ne pouvait s'auto censurer.

Un magnifique roman historique, où l'amour est présent mais n'est pas le coeur de l'histoire. L'intérêt réside dans la découverte de cette fabuleuse poète, féministe et visionnaire avant l'heure.

Coup de coeur ❤❤❤